Coups de coeur

La Cité de la Dentelle et de la Mode à Calais

Savez-vous que Calais fut LA ville française de la dentelle jusqu’aux années 1980 ? Au 19ᵉ siècle, on y produisit des kilomètres de splendides étoffes. Ouverte en juin 2009 dans une ancienne usine dentellière, La Cité de la Dentelle et de la Mode est consacrée à l’histoire de la dentelle tissée à la main, mais surtout sur métiers mécaniques “Leavers”. Car Calais a aussi une longue histoire commune avec l’Angleterre…

Celles et ceux qui me connaissent savent que je ne m’intéresse ni à la mode ni à la dentelle. Et pourtant, et pourtant… J’ai adoré la Cité de la dentelle et de la mode ! Elle vaut vraiment le détour lors de votre passage sur la Côte d’Opale.

Dès l’entrée, on est frappé par l’originalité de la façade du bâtiment. Située au cœur d’une ancienne usine de dentelle du 19ᵉ siècle, la Cité de la dentelle et de la mode a été restaurée pour devenir “le musée de référence de la dentelle tissée sur métiers mécaniques”.

La cité dentelle mode de Calais

La longue façade en verre est sérigraphiée avec des motifs des fameux cartons Jacquard de métiers à dentelle que l’on retrouve un peu partout à l’intérieur du musée. Les courbes représentent, selon ce qu’on m’a dit, les formes féminines et la douceur de la dentelle. Mais j’ai également lu que cela représentait les vagues de la Manche, entre la France et l’Angleterre (d’où proviennent les métiers mécaniques Leavers). Quelle que soit la réponse, le résultat est particulièrement agréable à l’œil !

Sur 2500 m² répartis en cinq vastes galeries, la citée nous fait découvrir les savoir-faire et l’histoire des techniques de fabrication de la dentelle puis chronique sa présence dans la mode. Elle met également en lumière les aspects contemporains de la dentelle à Calais, car si l’apogée de la dentelle française eut lieu au 19ᵉ siècle, c’est bien dans le nord de la France que la dentelle tissée sur métiers mécaniques est aujourd’hui principalement fabriquée.

L'histoire de la dentelle à la main à Calais

L’histoire de la Cité de la dentelle et de la mode

“La cité internationale de la dentelle et de la mode est installée dans une ancienne usine dentelière, l’usine Boulart, fondée dans les années 1870 et en activité jusqu’en 2000. Le site a été racheté dès 1988 par la ville de Calais avec le projet d’un faire un lieu de valorisation du savoir-faire de la dentelle.”

exemple de dentelle mécanique à la Cité Dentelle de Calais

L’usine Boulart était une manufacture collective : plusieurs sociétés de confection de dentelle différentes se regroupaient dans un même bâtiment afin de faire des économies, notamment en utilisant une seule et même machine à vapeur. Elle était située dans l’ancien village de Saint-Pierre, cœur historique de la dentelle de Calais, qui fut fusionné avec Calais en 1885.

le monde du travail de la dentelle au 19ème siècle à Calais

Les premiers “métiers Leavers”, de fabrication anglaise, arrivèrent à Calais en 1816. Huit ans plus tard, 40 fabricants de dentelle faisaient tourner 55 métiers et employaient 137 ouvriers ainsi que 900 couturières qui fignolaient les produits.
La grande usine Boulart fut édifiée en 1874 sur 4 niveaux. Peu avant la Première Guerre Mondiale, 2744 métiers mécaniques Leavers étaient en fonctionnement à Calais, employant 31 000 salariés.
Mais la crise de 1929 puis la Seconde Guerre Mondiale eurent raison de l’expansion de la dentelle mécanique, même si Calais resta la première place mondiale de la dentelle. C’est en réalité la modernisation des techniques, notamment la dentelle tricotée imitant le tissage mécanique, qui sonna véritablement le glas de la dentelle Leavers dans les années 1980.

La visite de la “Cité dentelle”

La première section du musée est consacrée à l’histoire de la dentelle à la main, ou plus précisément “au fuseau et à l’aiguille”, pratiquée depuis le 16ᵉ siècle. Car si la dentelle de Calais est exclusivement mécanique, elle s’est d’abord inspirée de la dentelle à la main.

Au temps de la dentelle à la main
deux techniques manuelles de dentelle, Calais

On peut d’ailleurs observer quelques impressionnantes vidéos montrant des virtuoses de la dentelle qui enchevêtrent les fils de leurs mains adroites.

écheveau de dentelle à la cité de la mode de Calais

L’Italie et les Flandres (particulièrement Bruges, en Belgique) furent le berceau de ce tissu d’exception. La dentelle orna aussi bien les vêtements (masculins et féminins) que les intérieurs des fortunés à travers toute l’Europe jusqu’au 19ᵉ siècle. La dentelle était non seulement une ornementation appréciée, mais aussi, et surtout, un signe extérieur de richesse.

échantillons de dentelle pour des cols au 17ème siècle

Sous Louis XIV et Napoléon III, elle devint même un enjeu économique important et, dans la seconde moitié du 19ᵉ siècle, victime de son succès, la production manuelle ne parvenait plus à répondre à la demande (notamment celle de deux nouveautés de ce siècle : la haute couture et les grands magasins).

Magnifique dentelle du 19ème siècle
La Cité propose aussi des panneaux pour les enfants, n’hésitez pas à vous renseigner sur leur parcours à l’accueil du musée
première partie des expositions de la Cité Dentelle de Calais
Dentelle colorée, blanche, rose et noire

La seconde section aborde l’histoire de la dentelle mécanique née au cours du 19ᵉ siècle, en mettant – bien entendu – la ville de Calais en avant. C’est à Nottingham, en Angleterre, que furent créés les premiers métiers mécaniques à fabriquer le tulle. En 1816, des entrepreneurs anglais introduisirent (en contrebande !) les premières machines dans la commune de Saint-Pierre, voisine de Calais.

Les carons Jacquard à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais
un métier Leavers démonté à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais

Les transports maritimes réguliers avec l’Angleterre ayant été inaugurés peu auparavant, les Britanniques vinrent en nombre s’établir à Calais. Rapidement, arrivèrent d’autres fabricants anglais, qui formèrent et embauchèrent des ouvriers français. Le village de Saint-Pierre et la ville de Calais devinrent en quelques années une grosse cité industrielle.

LE QUARTIER SAINT PIERRE
Puisque vous êtes à la Cité de la dentelle et de la mode, n’hésitez pas à visiter le quartier Saint-Pierre, ses maisons de maîtres, façades remarquables, maisons ouvrières et anciens ateliers, témoignages d’une époque où la dentelle “régnait” sur le secteur. Les façades des maisons situées autour du théâtre montrent aussi l’influence anglaise par la présence de fenêtres en « bow-window ».

vêtements d'enfants décorés de dentelle
Vêtements d’enfants décorés de dentelles, que l’on pouvait acheter “sur catalogue”
Echantillons de dentelle “Leavers” parmi une très riche collection
échantillons de dentelle blanche et noire

En 1834 apparut une invention qui allait révolutionner la mécanisation de la dentelle : les “cartons Jacquard”, grâce auxquels les métiers purent fabriquer non plus de la simple tulle mais de véritables dentelles.
L’ingénieur Joseph-Marie Jacquard avait conçu dans l’industrie de la soie à Lyon des cartons perforés qui pouvaient être adjoints aux machines mécaniques pour leur permettre de tisser des enchevêtrements de fils selon que le carton était plein ou perforé. Les ancêtres de l’ordinateur ! L’innovation fut un tel bouleversement qu’on éleva une statue à la gloire de Jacquard dans le quartier Saint-Pierre, face au théâtre de Calais. 

un grand voile en dentelle consacré à la vie de Jeanne d'Arc
Une petite partie d’un grand voile de dentelle consacré à la vie de Jeanne d’Arc, entièrement créé sur un métier mécanique Leavers.
Les vitrages des fenêtres sont souvent rehaussées des teintes bleues, orange et rouges, projetant des couleurs vives sur les sols et les murs

L’industrie dentellière modela la vie calaisienne tout au long des 19ᵉ et 20ᵉ siècles. Cette deuxième section se clôt donc sur un vaste plan-relief de la ville montrant les modifications de la ville dues au développement de cette industrie.

plan relief de Calais au 19ème siècle

À l’étage, on découvre réellement le processus de fabrication de la dentelle mécanique. Des machines Leavers côtoient des rangées de cartons perforés “Jacquard”, des bobineurs, de classiques machines à coudre (pour les ajouts et les surpiqûres) et un atelier de préparation des fils.
On peut suivre le parcours complet de fabrication d’une dentelle, du dessin de l’esquisse jusqu’à la commercialisation, en passant par la préparation des matières et les finitions, notamment grâce à des belles vidéos d’employés expliquant leur métier avec passion.

les métiers mécaniques à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais
un métier à tisser la dentelle Leavers
des cartons Jacquard, Cité de la dentelle et de la mode de Calais

Plus de soixante professions participent à la chaîne de production et les savoir-faire manuels jouent un rôle essentiel dans la fabrication de la dentelle : le dessin d’un motif, la transformation de ce motif en “cartes”, l’enroulement des 150 mètres de fil sur les bobines, le placement des fils dans les machines Leavers, les réglages au millimètre, les réparations, la découpe de la dentelle, etc. On comprend mieux pourquoi ce tissu diaphane est un produit de luxe.

La machine à poinçonner les cartons Jacquard
Il ne reste à Calais (et sans doute en France) qu’un seul technicien capable de perforer à la main les cartons Jacquard selon le schéma issu du dessin d’un motif.
La dentelle tissée sur 4 mètres de long
L'atelier de la Cité de la dentelle et de la mode de Calais

“Clou de la visite”, il est possible de voir un métier Leavers en action ! Cette gigantesque machine de fonte de douze tonnes fait trembler le sol sur lequel elle est posée. Et vous avec ! Le “tulliste” qui nous a présenté la machine (et a répondu à nos questions) nous a expliqué que la mécanique de ces machines n’a quasiment pas changé depuis leur première mise en route.

démonstration d'une machine Leavers à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais

Les Leavers sont encore utilisés de nos jours à Calais et à Caudry pour fabriquer de la dentelle pour des sous-vêtements ou de la Haute-Couture. Chacun des métiers à tisser ne peut faire qu’un seul type de dentelle suivant l’épaisseur et la nature des fils utilisés (coton, soie, viscose, élasthanne…). Il faut entre un à deux mois au tulliste pour installer tous les chariots puis faire passer les fils des nombreuses bobines avant de les installer sur le métier à tisser. Un travail qui requiert de la patience et de la minutie.

La France possède aujourd’hui 90% des métiers Leavers dans le monde, concentrés sur Calais et Caudry (près de Cambrai). À Calais, on fait de la lingerie et à Caudry, des robes et des tenues. C’est à Caudry qu’a, par exemple, été créée et fabriquée la dentelle qui recouvrait la robe et le voile de la princesse Kate Middleton lors de son mariage avec le prince William. L’Angleterre n’est jamais loin !

Au même étage, une quatrième et dernière section propose d’explorer l’usage de la dentelle dans la mode de la moitié du 19ᵉ siècle à nos jours.
Je ne connais rien à la mode et cette partie m’a pourtant fascinée.

La collection, qui se renouvelle périodiquement, permet d’admirer des créations de grands couturiers tels que Doucet, Chanel, Schiaparelli, Lacroix, Gaultier, Poiret, Dior, Balmin, Givenchy…

collection de robes agrémentées de dentelle

Vous êtes fan de la série Downton Abbey ? Des téléfilms adaptant les romans de Jane Austen ? De la série Hercule Poirot ? Vous allez retrouver certaines robes de l’époque. Robe de bal, robe de dîner, robe de cocktail, robe d’après-midi… Elles sont toutes magnifiques, élégantes et merveilleusement bien conservées.

Une robe du début du 20ème siècle
corset et robe à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais
trois robes brodées de dentelle, trois époques
Trois époques, mais la même dentelle “mécanique”
Robe des années 1930, 1940
superbe robe brodée de dentelle dans les années 1950
traine en dentelle à la cité de la mode de Calais

Enfin, lingerie fine et revues de mode anciennes illustrent les multiples évolutions stylistiques et esthétiques de ces derniers 170 ans.

histoire de la lingerie

La Cité propose chaque année des expositions consacrées à l’univers de la mode. Ainsi, après Iris Van Herpen, Balenciaga et Anne Valérie Hash, Hubert de Givenchy a été mis à l’honneur.

La Cité de la Dentelle et de la Mode est comme son sujet : élégante, captivante et surprenante. Une belle expérience à découvrir absolument si vous vous rendez à Calais.


Parking gratuit à proximité. Boutique et restauration sur place.
La Cité Dentelle est desservie par la navette fluviale Calais Majest’in et une station de vélo Vel’In est située juste à côté.

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse :
135, Quai du Commerce 62100 CALAIS

Horaires : du 1er avril au 31 octobre : tous les jours de 10h à 18h sauf le mardi. Du 1er novembre au 31 mars : tous les jours de 10h à 17h sauf le mardi.
Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 24 et 25 décembre et 31 décembre.

Tarifs : 7€, tarif réduit 5€ (étudiant, sénior, PMR, chômeur…)

Renseignements :
site de la cité

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.