Coups de coeur

L’abbaye de Vaucelles, un havre de paix au milieu de la nature

abbaye de Vaucelles

Située dans la vallée de l’Escaut, l’Abbaye de Vaucelles est un joyau d’architecture cistercienne qui abrite la plus grande salle capitulaire d’Europe. Elle est logée dans un magnifique écrin de verdure paisible et coloré. Bâtie à partir du XIIe siècle, l’abbaye de Vaucelles vous fait voyager à travers 900 ans d’histoire mouvementée.

Située à 12 kilomètres au sud de Cambrai, sur les rives de l’Escaut, dans la commune rurale de Les-Rues-des-Vignes, l’abbaye cistercienne de Vaucelles est ouverte à la visite de mars à octobre.
Malgré les destructions successives, le site de l’abbaye comprend toujours la salle capitulaire la plus vaste d’Europe, un bâtiment claustral du 12e siècle, un palais abbatial érigé au 18e siècle et des jardins d’inspiration médiévale. 

L’histoire de l’abbaye

L’abbaye a été fondée en 1132 par Saint Bernard de Clairvaux… Qui ?
En 1098, le noble Robert de Molesne fonde la modeste abbaye de Cîteaux, en Bourgogne, pour retrouver le calme, la simplicité et le silence, en recherche de perfection spirituelle. L’idéal des moines cisterciens (“de Cîteaux”) est de conjuguer ascétisme et rigueur liturgique avec le travail manuel… On n’est pas là pour s’amuser !
À partir de 1115, le chevalier Bernard de Fontaine, devenu par la suite le moine “Saint Bernard, fondateur de l’abbaye de Clairvaux”, va donner à l’ordre cistercien sa puissance et son rayonnement dans toute l’Europe.

L’abbaye de Vaucelles (de “Vallis cella”, le monastère de la vallée) a été la 13e abbaye cistercienne fondée après celle de Cîteaux, et l’une des plus prestigieuses. L’église abbatiale, construite à partir de 1190, mesurait 132 mètres de long, ce qui en faisaient la plus vaste abbaye cistercienne d’Europe. L’abbaye possédait deux cloîtres, une salle capitulaire, des cuisines, des infirmeries et une bibliothèque, ainsi
qu’un mur d’enceinte de sept kilomètres de circonférence !

À son apogée, l’abbaye a accueilli une communauté de 200 moines et 400 frères. Mais à partir des années 1330, l’abbaye de Vaucelles a subi les dévastations de la Guerre de Cent ans. Jusqu’au milieu du 15e
siècle, la région a régulièrement été dévastée, l’abbaye pillée, brûlée, en permanence sous la menace… Quand la guerre s’est terminée, le grand cloître a été réparé, l’église a été rénovée et de nouveaux bâtiments construits.

Le 18e siècle a été une époque de paix et de retour à la prospérité. L’abbé Pierre Ruffin a transformé et rénové l’abbaye, puis a fait construire un nouveau palais abbatial – inachevé – pour accueillir une vaste bibliothèque. Malheureusement, à la Révolution, de nombreux éléments ont été ravagés (l’église abbatiale, la bibliothèque, les cloîtres et le réfectoire) car l‘abbaye a été vandalisée par des paysans des alentours puis saisie comme bien national, vendue et utilisée comme carrière de pierres…

Mais le calvaire de l’abbaye de Vaucelles n’était pas terminé. Durant la Grande Guerre, elle a été réquisitionnée comme lieu de stockage par les Allemands. Pour éviter que les réserves entreposées ne tombent aux mains des Britanniques, les Allemands les ont incendié en novembre 1917. Les bâtiments médiévaux et le palais abbatial du 18e siècle ont été totalement dévastés.

En 1920, l’abbaye a été classée aux Monuments Historiques. Elle a de nouveau été occupée par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale. Puis, le site en ruines a été laissé à lui-même (et à la nature) durant des décennies jusqu’à ce que les époux Lagoutte le rachètent en 1971, et se consacrent à son sauvetage et sa valorisation.

En 2017, le Département du Nord s’est porté acquéreur de l’abbaye de Vaucelles, avec l’idée d’y développer une programmation artistique et culturelle : festivals, expositions, résidences, conférences… en association avec l’Orchestre national de Lille, le musée Matisse du Cateau-Cambrésis, le MusVerre de Sars-Poteries, le musée de Flandre à Cassel, etc.
De grands travaux de rénovation ont été menés et, lorsque l’on voit les photographies des années 1970 et les bâtiments actuels, on réalise l’immense travail réalisé.

De nos jours, l’abbaye de Vaucelles accueille également des manifestations (un marché de Noël, l’exposition internationale des orchidées en mars) et des événements privés (mariages, séminaires…).

Le Département du Nord a prévu d’étendre le projet de réhabilitation du site jusqu’en 2032, avec en ligne de mire le 900e anniversaire de la fondation de l’abbaye.

L’abbaye de Vaucelles

De la puissante abbaye, il ne reste donc aujourd’hui que le Palais Abbatial (construit au 18e siècle) et l’aile des Moines (qui date du 12e siècle). Ce dernier bâtiment vaut à lui-seul le déplacement, car on peut y visiter la magnifique salle des moines et son acoustique impressionnante, l’ancien parloir où l’on peut observer des dalles funéraires, et surtout la majestueuse salle capitulaire (ou “salle du chapitre”), la plus grande d’Europe.

Avant de pénétrer dans le hall d’accueil, poussez un peu plus en avant pour vous faire une meilleure idée de la taille des bâtiments. Vous pourrez admirer les deux frontons du Palais abbatial. Le tympan du fronton cintré est orné d’un d’un double cartouche aux armes de l’abbaye et de l’abbé Ruffin (qui est malheureusement illisibles de nos jours)

Dans ce palais a été installé un accueil et sa petite boutique. Avant de commencer la visite des bâtiments à proprement dit, vous êtes invité à visionner un film vous narrant l’histoire de l’abbaye et à observer quelques vestiges récupérés des siècles précédents (morceaux de carrelage, sceaux des différents abbés, reliquaire de Saint-Bernard…) ainsi qu’une maquette de l’abbaye du temps de sa splendeur.

Un guide de visite papier vous permet ensuite de parcourir à votre rythme les différentes salles situées en enfilade. Commençons par le grand scriptorium, qui ébahit par sa taille impressionnante et ses arches en ogives. Le moindre bruit se répercute en écho…

Achevée en 1145, cette vaste salle accueillait les moines qui recopiaient les manuscrits. Les 18 voutes en ogives sont un splendide vestige du premier art Gothique.

Il est possible de visiter le (très frais et très humide) cellier où les moines conservaient leur nourriture, et où vous découvrirez quelques vestiges de l’abbaye. Vous y croiserez peut-être, comme moi, de minuscules grenouilles !

L’oratoire (ou “parloir”) de l’abbaye possède plusieurs dalles funéraires d’anciens abbés.
Dans cette pièce, le Père responsable des travaux réunissait les responsables des chantiers pour leur communiquer les consignes de travail de la journée. C’était le seul endroit, où les moines pouvaient discuter car, en respect des règles cisterciennes, partout ailleurs devait régner le silence.

La dalle de Dom Michael Daillet, 48e abbé, mort en 1658. Son abbatiat fut marqué par la guerre entre l’Espagne et la France. Il porte la crosse et la mitre, ainsi que ses armoiries.

Dalle funéraire de Jacques Le Marchier, 36e abbé de l’abbaye entre 1415 et 1418.

La magnifique salle capitulaire (“du chapitre”) fut achevée en 1175. Sur le plan architectural, la salle du chapitre possède les mêmes caractéristiques que la salle des moines.
Ici avait lieu l’élection du père Abbé, mais aussi les proclamations et les pénitences publiques. Et chaque jour, les moines s’y réunissait pour entendre la lecture de la Règle de Saint-Benoît.

Les trois baies méridionales ouvraient autrefois sur le grand cloître. Elles donnent à présent sur le parc et les jardins.

À la sortie de l’aile des moines, on entre directement dans le parc et ses grandes pelouses.

À gauche, l’aile des moines, à droite, le Palais abbatial.

L’église abbatiale était accolée à l’aile des moines. On peut encore discerner les arrachements du bras gauche du transept et des colonnes surmontées de chapiteaux.

abbaye vaucelles

Les jardins de l’abbaye de Vaucelles

À la fin du 13e siècle, Vaucelles possédait 3000 hectares de terres, prés, bois, vignes, répartis sur un rayon de 200 km autour de l’abbaye ! La moitié se trouvait autour de l’abbaye, sur les deux rives de l’Escaut.

Succédant à une église en bois, une église en pierres, consacrée en 1149, fut construit dans un style roman. Une troisième fut construite dès 1190, sur les fondements de la seconde. On rehaussa cette dernière de 5 mètres. Les travaux continuèrent jusqu’en 1235. L’abbatiale de Vaucelles était la plus grande église que les cisterciens aient jamais construite.

De nos jours, le jardin paysager tente de donner une idée de l’emplacement au sol du chœur de l’église.

Sa nef est représentée par des colonnes qui vous mènent jusqu’à l’entrée des jardins d’inspiration médiévale.

Tout autour, l’allée des Tilleuls, le chêne chandelier, le jardin fleuri et les roses parfumées sont propices à la promenade.

Le jardin est découpé en différentes parcelles fleuries tout au long de l’année : le potager, le verger et ses arbres fruitiers, la roseraie, le jardin de la bible, consacré aux plantes médicinales et trois carrés de vivaces, des plantes annuelles, des bulbes à fleurs…

Ces jardins sont sensationnels ! On peut y passer des heures à flâner entre les fleurs aux mille nuances ou assis sous un banc à admirer les couleurs et les formes qui changent aux grès des heures et des saisons.

L’abbaye met également en avant le côté reposant de son site. De plus en plus de personnes pique-niquent dans le parc, d’autres visiteurs restent toute la journée dans l’enceinte, flânant de place en place, ou se relaxent dans un transat.

Un large programme d’animations est proposé tout l’été (visite guidée à 15h30 tous les mardi et dimanche) et, pour les familles, un jeu d’enquête avec une énigme à résoudre est disponible sur simple demande à l’accueil. L’abbaye propose également des pauses bien-être : séances de yoga, sophrologie, shiatsu, bol tibétain…

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : Hameau de Vaucelles 59258 Les-Rues-des-Vignes

Horaires : Tous les jours sauf le lundi. Du mardi au vendredi de 10h30 à 17h30. Week-end et jours fériés de 11h à 18h. Fermé le lundi de Pâques, 1er mai et le lundi de Pentecôte.

Tarif : 6 euros/adulte. Gratuit pour les moins de 26 ans, les demandeurs d’emploi, les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur…
et le 1er dimanche du mois.

Puisque vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à pousser jusqu’à l’archéosite de Rues des Vignes (résultats des fouilles archéologiques ayant découvert des sites gallo-romains, mérovingiens et carolingiens) ou, juste à côté de l’Abbaye, la jeune Brasserie de Vaucelles (créée en 2020, qui brasse la bière d’Abbaye de Vaucelles).

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.