Coups de coeur

L’Art Déco en Hauts-de-France

Depuis 5 ans, le “Printemps de l’Art Déco” permet de découvrir les perles de ce style architectural et décoratif de l’entre deux guerres en Hauts-de-France.

Il existe des centaines, peut-être des milliers, d’édifices et d’œuvres Art Déco dans les Hauts-de-France. Ne pouvant évidemment vous les présenter tous, j’ai sélectionné certains des plus emblématiques ou des plus originaux (les articles suivant décrirons plus en détails certains d’entre eux) pour vous faire découvrir tout le raffinement et la liberté artistique de ce formidable mouvement qui s’est épanoui durant les « années folles ».

L’Art Déco, qu’est-ce que c’est ?

Faisons avant tout un petit point “histoire de l’Art”… 😉 Après la Première Guerre Mondiale, durant laquelle environ 4000 villes du Nord et de l’Est de la France avaient été dégradées, voire complétement rasées, est arrivée une période que l’on a appelé “La Reconstruction”. Les obus ont été déminés et extraits puis, durant une quinzaine d’années, on a remis en état toutes les régions du Nord à l’Alsace : les champs, les infrastructures, les habitations, les industries, les écoles, les bâtiments administratifs, etc. Une partie de ses reconstructions a été payée par “les dommages de guerre” versés par l’Allemagne (jusqu’au début des années 1930) et une autre partie par des dons et des appels à la solidarité (notamment des Américains).

La ville de Soisson en 1919

Les nouveaux édifices qui furent construits ou reconstruits adoptèrent différents styles. On choisit parfois de reconstruire à l’identique (la place des héros à Arras), de construire dans un style régional (Bailleul, Armentières), mais on fit parfois le choix de la modernité avec le style à la mode, l’Art Déco (Saint-Quentin). Et parfois, comme à Lens et Béthune, on choisit de mélanger un peu tout !

L’Art déco était né en Belgique dans les années 1910, mais il s’épanouit au cours des années 1920 (avant de décliner lentement à partir des années 1930). Son existence fut donc courte mais intense et il fut le premier mouvement architectural et décoratif qui se rependit dans le monde entier (la ville qui possède la plus d’édifice Art Déco sur la planète est Mumbai, en Inde).
L’Art Déco influença les constructions, mais aussi la décoration intérieure : tapisseries, vitraux, peintures, sculptures, ébénisterie, céramique, orfèvrerie… On le trouva partout, jusque dans la mode vestimentaire et la typographie des enseignes.

L'office du tourisme de Béthune Bruay, exemple d'Art Déco en Hauts-de-France
L’Office du Tourisme de Béthune-Bruay

Mais en quoi consiste exactement le style Art déco ? Une rigueur classique : symétrie, géométrie, couleurs. Mais aussi refus des angles droits (pans coupés ou arrondis), bow windows (fenêtres qui avancent sur la rue, créant du relief sur la façade), utilisation du béton armé pour la structure, ferronnerie, motifs floraux et/ou spirale, et ornementations.
Évidemment, l’Art Déco a pris des formes différentes selon les régions, les architectes et les commanditaires. Dans les Hauts-de-France, on a utilisé la brique plus que partout ailleurs, émaillée, colorée, arrondie, taillée, peinte, etc.

Le Printemps de l’Art Déco en Hauts-de-France

Chaque année, en avril et en mai, le Printemps de l’Art déco vous invite à un voyage au cœur de 15 territoires de la région que ce style architectural de l’après-guerre a particulièrement marqué de son empreinte.

Née en 2012, la Semaine de l’Art déco est rapidement devenue le Mois de l’Art déco (2013), puis le Printemps de l’Art déco (2017). L’événement veut faire découvrir ce patrimoine régional par le biais d’une programmation diversifiée (visites guidées, expositions, conférences, concerts et ateliers). En 2021, quinze territoires des Hauts-de-France sont mis en lumière :

  • Albert-Pays du Coquelicot,
  • Amiens Métropole,
  • Arras Pays d’Artois,
  • Béthune-Bruay,
  • Boulogne-sur-Mer,
  • le Cambrésis,
  • le Douaisis,
  • Lambersart,
  • Lens-Liévin,
  • le Pays Picard,
  • Roubaix,
  • Saint-Quentin,
  • la Sambre-Avesnois,
  • le Santerre Haute Somme
  • Tourcoing.

Ainsi, à Amiens, des visites guidées à vélo sont prévues à la découverte des plus belles façades Art déco de la ville. Les enfants pourront jouer les explorateurs “Art déco” à Arras grâce à un livret graphique. Pour les plus sportifs, Roubaix proposera une “visite-running” qui associera sport et culture pour découvrir le vélodrome historique et le vélodrome couvert, et le Nouveau Roubaix.
De nombreux autres événements seront à l’affiche, consultez le programme !

Printemps de l'Art Déco en Hauts-de-France

Ce Printemps est l’un de mes moments préférés de l’année, car je suis passionnée par l’Art Déco. 🙂 Crise sanitaire oblige, je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter tous les territoires, mais voilà déjà quelques-uns des bijoux que j’ai pu admirer. Cette page s’enrichira à l’avenir, à mesure de mes balades et découvertes !

Albert

Promenez-vous à Albert – Pays du coquelicot pour apercevoir des pépites. Presque entièrement détruite au sortir de la première guerre mondiale, la ville d’Albert a été reconstruite dans un style épuré, régionaliste, aux notes Art déco. Majoritairement dans le centre-ville (rues Gambetta et Curie, sur la place des Armes), elle compte au total 250 façades couvertes de mosaïque, bow windows, vitraux et fer forgé.
L’Hôtel de ville d’Albert a été reconstruit en 1932 dans un style régionaliste flamand à l’intérieur Art déco. 
Entièrement reconstruite dans l’entre-deux-guerres dans un style”néo-byzantin”, la basilique Notre-Dame de Brebières abrite quant à elle un riche décor témoin de l’Art déco et du renouveau de l’art sacré après la guerre.

Dans la basilique d’Albert, la chapelle dédiée à Jeanne d’Arc

La métropole Lilloise

“Élégante association de la modernité des années 1930 et d’une architecture régionaliste, l’Art déco à Tourcoing s’illustre de nombreuses façons : polychromie de briques et de céramiques, vitraux, sculptures, décoration intérieure”. Nombreux sont les hôtels particuliers, villas, bureaux d’usines et équipements municipaux de style Art déco dans la ville.
Emblématique de la ville, l’immeuble des Arcades dresse fièrement ses façades polychromes de brique, de béton et de céramique émaillée.

immeuble Art Déco des Arcades à Tourcoing
Détail de l’immeuble des Arcades
villa art déco à Tourcoing
La poste de Tourcoing

Lille ne fait pas “officiellement” partie des territoires mis en lumière lors du Printemps, alors que la capitale des Flandres possède des immeubles Art Déco par dizaines : des constructions de tout début de période ou bien plus tardives, du béton, de la brique, de la pierre… Les édifices sont très variés.

La maison Georges Lefevre à Lille, Art Déco
Maison Art Déco en centre-ville de Lille
Un vitrail Art Déco sur une tombe du cimetière de l’Est, à Lille

Lambersart est aussi une ville d’Art Déco qui possède des perles méconnues ! Les habitants de la MEL connaissent surtout la ville pour sa superbe avenue de l’Hippodrome et ses villas fastueuses, mais tous les quartiers de Lambersart possèdent des édifices de style éclectique (un mélange entre l’ancien et le moderne) et d’Art Déco. Lambersart mérite bien son entrée dans les “territoires” Art Déco du Printemps.
“Lambersart propose les deux courants de l’Art déco : l’héritage de l’élégance pour ses décors en façade d’une architecture classique ou pittoresque, et le modernisme innovant des volumes géométriques par une architecture fonctionnelle et dépouillée.”

Portes et vitraux Art Déco à Lambersart
Un garage couvert de briques de parement verticales et horizontales, et de céramiques colorées. La lumière entre par un vitrail.
Inscrites aux Monuments Historiques, la Villa Sdez de style paquebot “streamline”, est une miniature de la célèbre Villa Cavrois

A Roubaix, dans le sillage du renouveau économique de la production textile des années 1920, des centaines de bâtiments, immeubles, usines ou villas, sont construits dans le style Art déco.
Des équipements modernes sont créés, pour le bien-être et la santé des habitants, comme les nouveaux bains municipaux, « la plus belle piscine de France », reconvertie en superbe musée en 2001.

L’immeuble de la société Lloyd Continental à Roubaix
le monument aux morts de Roubaix
Le monument aux morts de Roubaix
Le superbe musée de la Piscine de Roubaix

À Croix, on connait surtout la villa Cavrois de l’architecte Mallet-Stevens. Pourtant, cette superbe villa, si elle a été construite au début des années 1930, n’est pas de style Art Déco. Elle est en “moderne style”.
La ville de Croix possède toutefois quelques très belles maisons et immeubles Art Déco, notamment autour de l’Hôtel de ville.

À Wattrelos, c’est une église bien particulière qui est dédiée à Sainte Thérèse. Édifiée en 1927 par le tourquennois Charles Bourgeois, elle présente une architecture à la fois traditionnelle dans ses grandes lignes et résolument moderne par ses éléments décoratifs de style Art déco. C’est un bijou coloré et stylisé bâti en pierre reconstituée, en aggloméré de ciment, et en céramique.

À Tourcoing, de très jolies maisons Art déco se dressent dans un même quartier (non loin des pavillons du “Palais du Congo” de Victor Vaissier), sur les avenues Désiré Six, Frédéric Sauvage et du Peintre Grau.

Lens

L’Art Déco est partout à Lens, par petites touches, parfois mélangé à d’autres styles. Á la fin de la première guerre mondiale, Lens avait été détruite à 90 %. La ville était un champ de ruines. Nombre d’habitants ont choisi de reconstruire dans le style moderne à la mode de l’époque. En forme de locomotive, la gare est typiquement Art Déco. À l’intérieur, ses murs sont couverts de fresques en carreaux de ciment, témoignages du glorieux passé minier.

Façade Art déco à Lens
La rose stylisée dans son panier, symbolique de l’Art Déco
De gauche à droite, à Lens, un bow-window et une façade sculptée, une typographie et des balcons en fer forgé typiques.
La gare de Lens en forme de locomotive et ses belles grilles rouges

Autre bijoux de la ville de Lens, les Grands bureaux de la société des Mines de Lens, désormais occupés par l’université d’Artois. Si l’édifice a été imaginé par Louis-Marie Cordonnier, architecte qui a construit de nombreux bâtiments dans la région, l’intérieur est l’œuvre d’artisans renommés (dont Majorelle et Daum). Ils ont exploité toutes les facettes de l’Art Déco au niveau des luminaires, des ferronneries, et du mobilier en bois.

L’un des meubles dans les Grands Bureaux des Mines de Lens, avec ses lignes pures et ses fleurs stylisées
Détails des verreries, fer forgés et meubles sculptés dans les anciens Grands Bureaux des Mines de Lens

Calais

La ville de Calais a été ravagé durant la Seconde Guerre Mondiale, mais il reste encore des bâtiments Art Déco aux façades couvertes de briques colorées, et des bow-windows inspirés également de l’Angleterre toute proche.

calais

Béthune et Bruay-la-Buissière

Béthune a bénéficié de grands chantiers de reconstruction pour son centre-ville, devenant un véritable « laboratoire » de tendance Art déco pour les architectes de l’époque, qui optent pour un savant mélange entre tradition et modernité.
En 1936, le Stade-Parc de Bruay-La-Buissièrea été transformé en 1936 en une piscine et un stade-parc Art déco destiné à la promenade et au bien-être des mineurs et de leurs familles.

Photos © Ville de Bruay-La-Buissière, issue du site de la ville

Douai et la douaisis

Le dynamique office du Tourisme de Douai propose une visite à vélo du Douaisis Art Déco durant laquelle vous découvrez notamment la jolie ville de Waziers, son surprenant hôtel de ville, son église des mineurs polonais et ses quartiers entiers construits dans les années 1920.

Eglise et ancien presbytère à Waziers, près de Douai
l'hôtel de ville de Waziers, près de Douai
L’hôtel de ville de Waziers
Jolie maison Art déco dans le Douaisis, avec ses “pans coupés” caractéristiques

Mais la ville de Douai elle-même possède de nombreux édifices Art Déco, et pas des moindres.

Superbe façade sculptée près de la place du Barlet à Douai
Le célèbre magasin “l’Homme de Fer” à Douai, et sa typographie reconnaissable
Douai
Bow window, briques et pierres blanches, roses stylisées sculptées, grandes fenêtres…
Tout le vocabulaire de l’Art déco sur l’immeuble de la brasserie “Le Saint Georges” à Douai
Le monument aux morts de la ville de Douai

La Flandre

Bailleul fut elle-aussi rasée durant la Grande Guerre. La majorité de la ville fut reconstruite dans un style “régionaliste” ou “néo-flamand”. L’église Saint Vaast de style romano-byzantin, a été créée avec l’Art Déco à l’esprit.

l'église Saint Vaast de Bailleuil
La façade de l’église Saint Vaast de Bailleul
Candélabre, colonne en pierre sculptée, mosaïques et briques
Les vitraux situés en haut de l’escalier principal de l’hôtel de ville Bailleul

Armentières, comme Bailleul, était sur la ligne de front et subit de plein fouet les bombardements. Et comme à Bailleul, ses maisons mêlent le style régionaliste “néo-flamand” et l’Art Déco.

Façade Art Déco à Armentières
Armentières
Mélange Art Déco et Renaissance Flamande à Armentières

L’église Saint Jean-Baptiste de Steenwerck (qui vient d’être désignée par le loto du Patrimoine pour bénéficier d’aides exceptionnelles) fut achevée en 1928. C’est un architecte lillois, Armand Lemay, qui a dessiné les plans d’une église en pierre et brique, de style romano-byzantin. L’intérieur a été décoré de belles mosaïques Art déco par la Maison Coilliot.

Cambrai

Au lendemain de la Grande Guerre, le centre-ville de Cambrai était dévasté. Dès 1919, un nouveau plan d’urbanisme fut créé sous la direction de l’architecte Pierre Leprince-Ringuet, qui conjuga les références à l’architecture locale aux lignes géométriques de l’Art déco. De nouveaux bâtiments virent le jour : la place Aristide-Briand, le Palais de la Mode, la Chambre de Commerce et d’Insdustrie…

Maison Art Déco à Cambrai

Amiens

La reconstruction d’Amiens a débuté dès novembre 1918 par un plan d’alignement, d’embellissement et d’extension qui a donné naissance à un centre-ville moderne. Flânez le long de la rue Ernest Cauvin pour admirer ses immeubles et son cinéma, puis les Grands garages de Picardie à l’angle de la rue des Trois Cailloux, où l’on retrouve aussi le magasin Aux nouvelles Galeries. Et un peu plus loin l’Académie des Beaux Arts (l’actuel Conservatoire).

Les anciens magasins Matifat, qui étaient spécialisés dans le tissu d’ameublement 
Maison Art Déco à Amiens
Le siège social des Frères Gueudet, qui fut un garage. À gauche, les anciens ateliers, au centre, la rotonde accueillant les bureaux de la direction et, à droite, la vitrine monumentale.

Saint-Quentin

Terminons en apothéose avec Saint-Quentin 😉
Le centre-ville de Saint-Quentin, détruit à 70% pendant la 1ère Guerre Mondiale, est un véritable musée Art déco à ciel ouvert ! Renommée pour son Buffet de la Gare, son cinéma Le Casino ou encore ses anciennes Nouvelles Galeries, elle vaut également le détour pour la mosaïque de la Poste, le lycée des métiers d’art, la rue de la Sous-Préfecture, la rue des Glatiniers, les vitraux de la basilique… C’est sans aucun doute « la ville la plus Art Déco de France ».

L’école de musique de Saint-Quentin – Photo issue du site de l’Office du Tourisme de Saint Quentin
Photo issue du site de l’Office du Tourisme de Saint Quentin
L’ancien cinéma “Casino” – Photo issue du site de l’Office du Tourisme de Saint Quentin

J’espère que ce petit aperçu (incomplet) des édifices les plus représentatifs de l’Art Déco en Hauts-de-France vous a donné envie de découvrir ce très beau style. Et de vous promener dans toute la région pour les découvrir !

Cet article vous a plus ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.