Coups de coeur

Le Fort de Mons en Baroeul, écrin culturel au milieu de la nature

Le Fort de Mons-en-Barœul, construit de 1878 à 1880, est devenu obsolète 5 ans plus tard avec la mise au point de nouveau explosifs. Occupé par les Allemands durant les deux guerres, il a été abandonné avant d’être magnifiquement restauré au milieu des années 1980.

L’entrée dans le fort de Mons est libre et gratuite, mais pour mieux comprendre l’édifice (et avoir accès à certains endroits spécifiques), l’Association Historique de Mons-en-Baroeul organise de passionnantes visites guidées chaque premier dimanche du mois.

Le Fort de Mons a été construit entre 1878 et 1880, comme six autres forts en briques édifiés tout autour de la citadelle de Lille (à Bondues, Sainghin, Seclin, Englos et Verlinghem-Wambrechies). On les surnomme des forts “Séré de Rivières”, du nom du général qui fut chargé d’édifier ces bastions.

Pourquoi la construction de ces forteresses militaires autour de la capitale des Flandres à la fin du 19e siècle ? Parce qu’en 1870, les Français avait perdu leur guerre contre les Prussiens. Le désir de revanche était immense, on prévoyait de faire une nouvelle guerre (qui arriva en 1914…) et, ainsi de récupérer l’Alsace et la Moselle, devenues Allemandes.
On construisit donc plusieurs dizaines de forts pour mieux défendre la France tout au long de la frontière Est du pays. La ville de Mons-en-Baroeul fut choisie, car elle était située un peu en hauteur et aurait permis de mieux voir arriver l’ennemi.
Sauf que, à peine quelques années plus tard, l’artillerie évolua radicalement et devint nettement plus puissante. Du jour au lendemain, les forts devinrent obsolètes, trop fragiles et donc inutiles !
On décida malgré tout de les garder, pour loger les troupes.

Le guide nous a expliqué que ce fort, comme beaucoup de ceux construits à l’époque, était finalement très primitifs. Il ressemblait plus à un château du Moyen-Age qu’à une forteresse moderne. Le fort de Mons-en-Baroeul possédait d’ailleurs un pont-levis ! Ces forts, construits en briques recouvertes d’une épaisse couche de terre, étaient entouré de fossés. Pas de béton, pas de blindage. Les soldats, coincés à l’intérieur, ne pouvaient que défendre et non attaquer.

Ainsi, lorsque les Allemands arrivèrent en 1914, Maubeuge et son fort tombèrent en seulement 6 jours. Les obus, beaucoup plus lourds et puissant qu’auparavant, démolissaient les murs avec facilité. Réalisant que les forts entourant Lille ne servaient à rien, les autorités décidèrent, pour éviter la ruine, de laisser Lille “ville ouverte”. On cacha tout de même les canons chez des paysans locaux ou dans les grandes brasseries avant de les évacuer par trains.

Les Allemands occupèrent donc le Fort de Mons, y logèrent leurs troupes et y emprisonnèrent des civils ainsi que des soldats du Commonwealth.

Après la guerre, l’Armée Française se réinstalla dans le fort pour y exécuter des manœuvres et des formations. Une compagnie colombophile (tradition du Nord) s’y installa.

fort de mons compagnie colombophile
Photo issue du site fortdemonsenbaroeul.blogspot.fr

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands occupèrent à nouveau le Fort de Mons et l’utilisèrent cette fois comme hôpital.

Après 1945, une compagnie de l’Armée Française y fut chargée de la maintenance des équipements radio et des transmissions. Elle quitta la fort dans les années 1970 et il fut racheté par la ville de Mons-en-Baroeul, qui n’en fit pas grand chose durant une douzaine d’années.

Le Fort de Mons-en-Baroeul fut restauré et réhabilité jusqu’en 1984 et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, on y entre à présent par l’arrière. Il a été transformé en lieu de culture et loge maintenant l’école de musique, une salle de projection (auparavant une poudrière), la bibliothèque municipale, ainsi qu’un restaurant, un théâtre à ciel ouvert et plusieurs associations.

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 4 Rue de Normandie, Mons-en-Barœul
Horaires : ouvert toutes la semaine. Les visites guidées, gratuites, ont lieu le premier dimanche de chaque mois
Tarif : l’entrée est libre et gratuite

Métro ligne 2 : arrêt Fort de Mons, puis Bus Ligne 13 : arrêt Faidherbe
Station V’Lille: Fort de Mons

De l’ensemble des fortifications autour de Lille, il subsiste aujourd’hui :

  • Le fort de Bondues, qui abrite un musée de la Résistance
  • Le fort de Mons en Baroeul
  • Le fort de Sainghin, que les Allemands ont fait presque entièrement sauter en 1944 et qui est propriété privée (réserve de chasse).
  • Le fort de Seclin, propriété privée, mais ouvert au public, et qui abrite un très beau musée de l’artillerie et de la Première guerre mondiale
  • Le fort d’Englos (en réalité à Ennetière en Weppes) qui a été très fortement endommagé par les bombardements, et n’est ouvert au public que pour des visites guidées “nature”
  • Le fort du Vert Galant, transformé en centre culturel, propriété de la ville de Wambrechies.

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.