Coups de coeur

Le musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

musée des arts et traditions wattrelos

Très sympa, ce musée ! Il abrite une grande collection d’objets anciens datant de 1850 à 1950. Ils sont regroupés dans des vitrines, mais aussi des saynètes avec des mannequins reproduisant à l’identique les scènes de la vie quotidienne d’autrefois. On se retrouve plongé dans le passé, comme si on y était.

Le musée des arts et traditions populaires de Wattrelos est logé dans une cense (une ancienne ferme traditionnelle picarde). Les différents bâtiments s’organisent autour d’une grande cour carrée et pavée où sont exposés les machines agricoles et les objets servant à la ferme ou à l’habitation, telle qu’une meule à eau, un plantoir à pomme de terre, une moissonneuse-lieuse ou une lessiveuse…

Façade du musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

La ferme et la vie quotidienne

À l’entrée du musée, sur la gauche, on tombe sur la laiterie. L’accueil est à droite. Dans la laiterie, on apprend comment était fait le beurre et la crème, entre autre avec une baratte et de beaux moules à beurre en bois.
Arrive ensuite l’étable avec son semoir, la bascule qui servait à peser les sacs de pommes de terre, des sabots…

Une cuisine flamande est ensuite reconstituée, avec sa cheminée dans laquelle pend un chaudron, un petit garde-manger, une belle horloge comtoise, une machine à coudre, des moulins à café, un tamis à farine, de la vaisselle d’époque.

une cuisine flamande au musée de Wattrelos
la cuisine du musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

Le lit de la chambre n’est pas très grand car les hommes étaient plus petits au 19ᵉ siècle. Sont également exposés un meuble lavabo, un beau berceau en bois ainsi qu’un couffin et plusieurs vêtements. On peut également voir quelques objets religieux que l’on ne croise plus guère de nos jours, même chez les personnes âgées, telle ce globe en verre qui devait renfermer une bague de fiançailles…

détail de la chambre du musée des arts et traditions populaires de Wattrelos
Quelques vêtements en lin, coton, fourrure au musée
des porte-monnaie au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

Les petits commerces

L’épicerie était un commerce où l’on trouvait de tout et, dans les villages, elle faisait bien souvent partie de l’estaminet.

l'épicerie du musée

Dans l’estaminet sont exposés des pompes à bière, un vieux percolateur, des cuillères à absinthe, des crachoirs, un “flipper mural”…

l'estaminet du musée et son piano
les buveurs d'absinthe du musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

On y trouve aussi le coin des coulonneux (colombophiles) et des bourleux (joueurs de bourle).

coulonneux et bourleux du musée

Un atelier de tisserand est exposé dans l’ancienne écurie de la cense. Au 19ᵉ siècle, les Wattrelosiens travaillaient à la ferme ou dans les champs la journée et tissaient le soir. Le ou les métiers à tisser étaient le plus souvent situés dans la cuisine ou la salle à manger. Mais le musée expose également des machines et des bobines provenant d’anciennes filatures locales.

des bobines de fils au musée

Les différents métiers

Dans l’autre bras du musée, on commence par observer des uniformes et des photographies de douaniers. Wattrelos compte 13 km de frontière avec la Belgique et les douaniers pourchassaient toute sorte de fraudeurs car l’alcool et le tabac étaient, déjà, moins chers en Belgique. Certaines femmes cachaient même des denrées dans le landau de leur bébé en espérant que les douaniers ne le fouilleraient pas.

les douaniers belges et français au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

Viennent ensuite le menuisier et ses nombreux outils, le cordonnier qui mettait en forme les chaussures de cuir sur sa machine, l’imprimeur alignant ses lettres en plomb sur sa presse, le boucher prêt à couper sa viande sur son billot, l’horloger-bijoutier et ses divers outillages utilisés pour la réparation des montres, pendules ou horloges.

Le sabotier, comme son nom l’indique, taillait des sabots dans des rondins de bois.

le sabotier du musée

De nos jours, on peut prendre 1000 photos par jour avec son smartphone. Au siècle dernier, on se déplaçait chez le photographe, on revêtait ses plus beaux vêtements, on posait de longues minutes devant un décor et cela coûtait assez cher. On réservait donc ces clichés aux occasions exceptionnelles. Une vitrine expose des appareils d’époque et du matériel servant à la prise de vue et au développement : films anciens, agrandisseur photo, plaques de verre…

l'atelier du photographe au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

Le tailleur découpe des tissus puis coud vestes, manteaux et pantalons. À côté de la machine à coudre à pédale est posé l’un des tous premiers fers à vapeur.

l'atelier du tailleur du musée

Tout au fond du musée, une ancienne salle de classe a été reconstituée avec plumiers, encriers, ardoises, bouliers, carte ancienne et tableau noir. Chaque semaine, un élève était désigné pour s’occuper du feu ou remplir les encriers. Ce type de classe exista jusqu’aux années 1950.

la salle de classe du musée des arts et traditions populaires de Wattrelos

La “Grande Brasserie Moderne” a été fondée en 1920 sous la forme d’une coopérative, née de la fusion de la brasserie Jean Ghislain, de l’Alliance Tourquennoise et de la brasserie-malterie de l’Union. Elle a fermé en 2004, mais le Musée en garde la mémoire.

l'ancienne brasserie Terken, Grande Brasserie moderne

Aujourd’hui, dans certains estaminets en Flandre, il est possible de jouer à des “jeux traditionnels flamands”. Quelques-uns sont présentés dans le musée et il est possible de s’y essayer : jeu de grenouille, toupie, puces…

l'un des jeux flamands du musée

L’histoire de Wattrelos

Dans la mezzanine du musée est abordée l’histoire de Wattrelos depuis sa création jusqu’à nos jours, en passant notamment par la Première et la Seconde Guerre Mondiale et le portraits de nombreux résistants wattrelosiens. Ces périodes sombres de la ville sont présentées avec sobriété et émotion.

Très joli gramophone au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos
les médailles des soldats wattrelosiens
l'harmonie municipale et d'anciennes télévisions
La seconde guerre mondiale et les résistants

Le musée des arts et traditions populaires de Wattrelos n’a pas oublié les enfants : des fiches explicatives, situées à leur hauteur, écrites avec un langage simple et agrémentées de petits jeux, sont proposées tout au long du parcours.

Le musée organise également des ateliers (Tricot, Ikebana ou recyclage), des portes ouvertes d’artistes, ainsi que des expositions thématiques avec galerie de photos, conférences et projection de films.
Pour participer, il suffit de s’inscrire.

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 96 rue François Mérieux – Wattrelos


Tarif : Gratuit


Horaires : Ouvert du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h et le dimanche de 15 h à 18 h.


Contact : 03 20 81 59 50 et musee@ville-wattrelos.fr
Site internet : www.ville-wattrelos.fr/le-musee

Puisque vous êtes dans le coin :
Essayez-vous au jeu de bourle ou visitez la superbe église art déco Sainte Thérèse de Wattrelos.

Et si vous aimez ce genre de musée, visitez également le Musée de la vie rurale de Steenwerck ou le musée du terroir de Villeneuve d’Ascq.


Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.