Week-ends

Une journée à Bailleul

beffroi et hotel de ville de Bailleul

Bailleul est une jolie petite ville typique des Flandres. Presque entièrement détruite durant la Première Guerre Mondiale, elle a été reconstruite dans un mélange d’Art Déco et de Néo Flamand. Elle a un charme fou et de nombreuses surprises à découvrir.

S’y rendre

En voiture : Bailleul se situe à 30 minutes de Lille ou de Dunkerque par l’autoroute A25.
Par le train : Bailleul est régulièrement desservie, au départ notamment de Lille et de Dunkerque, en une demi-heure environ (lignes Lille-Calais ou Lille-Dunkerque…). Possibilité d’embarquer des vélos dans les trains.

Le beffroi de Bailleul

L’Office du Tourisme de la ville de Bailleul propose une visite du beffroi, classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 2005, comme 23 autres de la région. L’ensemble de l’hôtel de ville et du beffroi a également fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques le 28 mai 2001.

le beffroi de Bailleul

Pour la modique somme de 5 euros, une sympathique guide vous expliquera l’histoire du beffroi et vous accompagnera jusqu’à son sommet, où vous pourrez admirer le paysage depuis le chemin de ronde et faire vous-même sonner les cloches.

Le beffroi de Bailleul mesure 62 mètres de haut et son campanile abrite un carillon de 35 cloches dont la plus grosse approche la tonne ! Les cloches sonnent tous les quarts d’heures durant quelques secondes et jouent une ritournelle chaque heure.

Il faut grimper 192 marches pour parvenir en haut du beffroi et, même si cette ascension s’effectue « par palier », je la déconseille aux personnes âgées ou peu sportives : les escaliers sont assez raides.

l'hôtel de ville de Bailleul

Grâce à la guide, nous avons appris que les beffrois représentaient au Moyen âge l’indépendance nouvelle des villes face au régime féodal. Le beffroi était alors en bois et servait de tour de guet. Le premier beffroi de pierres fut édifié au 12ᵉ siècle mais fut détruit à de nombreuses reprises, à cause des guerres mais surtout des incendies, et fut reconstruit à chaque fois.
Bailleul a gardé son superbe beffroi jusqu’à la Première Guerre Mondiale, durant laquelle la ville a été presque complètement détruite. Il ne restait de l’ancien beffroi qu’un pan de mur en pierre blanche (du gré d’Artois), sur lequel le nouveau a été construit en briques jaunes à partir du milieu des années 1920. L’indispensable Louis-Marie Cordonnier le termina, ainsi que l’hôtel de ville accolé, en 1932.

« L’hôtel de ville et le beffroi ont été remplacés par des monuments différents mais qui s’inspirent des styles anciens (néo-roman pour le beffroi, néo-renaissance flamande pour l’hôtel de ville), tout en étant construits avec des matériaux du XXe siècle. »
Wikipedia

Le grand vitrail qui surplombe l’escalier menant vers le beffroi. Il représente les activités qui ont fait la richesse (passée) de la ville : la dentelle, la poterie, le filage du lin et le tissage du drap.

La visite commence par la salle gothique (à la base du beffroi), qui accueille une petite exposition sur l’histoire de la ville. Seule survivante des bombardements de 1918, elle conserve de belles voûtes gothiques dont les clés représentent, entre-autre, le lion des Flandres.

la salle gothique du beffroi de Bailleul

Au premier étage, on a installé un métier à tisser qui rappelle le passé « lainier » de Bailleul, ainsi que des photographies de la ville prises avant la Grande Guerre (Bailleul avait alors un tout autre visage).

le premier étage du beffroi de Bailleul

Après avoir grimpé un autre escalier, vous arrivez dans la salle des horloges (avec ses volets rouges et verts si typiquement flamands), avant de monter une nouvelle volée de marches jusqu’à la charpente du campanile, où l’on peut admirer une reproduction de la girouette (la sirène Mélusine, qui veille sur la ville). Au même niveau, derrière une discrète petite porte, se cache le mécanisme du carillon. Vous pouvez tester vos talents de musiciens sur la console du carillonneur ou admirer la mécanique, ancienne mais bien huilée, qui fait tinter les cloches à intervalles réguliers pour jouer des airs flamands.

le mécanisme de l'horloge du beffroi de Bailleul
Mélusine, la sirène de Bailleul
Mélusine, la sirène chargée d’avertir les Bailleulois du danger
l'une des cloches du beffroi de Bailleul
quelques unes des cloches du beffroi de Bailleul
Quelques unes des 35 cloches du carillon
Tout le monde peut tenter de jouer (frapper) quelques notes…

Enfin, depuis le chemin de ronde, vous pouvez admirer Bailleul, bien entendu, et notamment l’église Saint Vaast, mais aussi un panorama sur les Monts de Flandre, et, par beau temps, les tours d’Euralille, les terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle et parfois même le monument commémoratif de Vimy.

vue sur la grand' place de Bailleul
Vue sur la Grand’ Place
Le beffroi de Bailleul

L’Office du tourisme est situé juste en face de l’hôtel de ville et l’accueil y est toujours charmant. N’hésitez pas à y réserver une visite du beffroi !

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : Place Charles de Gaulle, Bailleul


Tarif : 5€


Horaires : Voir avec l’Office de Tourisme

Contact : 03 28 49 23 79
Site internet : www.coeurdeflandre.fr/agenda

L’église Saint Vaast

L’ancienne église à trois nefs (hallekerk), détruite en 1918, a laissé la place à un nouvel édifice construit en 1932 par THE architecte de la “reconstruction”, Louis-Marie Cordonnier. Elle est de style “néo-romano-byzantin”, un style un peu fourre-tout qui était à la mode à l’époque.
À l’intérieur, les briques rouges, la céramiques et les mosaïques s’entremêlent pour dessiner des formes élégantes sur les murs. Mais la singularité de cette église, c’est la mosaïque, présente partout, créant de motifs colorés, géométriques ou végétaux.
Les 23 vitraux, très colorés, “racontent” quant à eux l’histoire de Bailleul à travers l’Histoire, ainsi que celle des saints de Flandre.

L'église Saint Vaast vue du beffroi de Bailleul
intérieur de l'église Saint Vaast
L'un des très beaux vitraux de l'église Saint Vaast à Bailleul
Les mosaïques sur les murs de l'église Saint Vaast
Le magnifique choeur de l'église Saint Vaast, couvert de mosaïques
Les vitraux du choeur de l'église Saint Vaast de Bailleul
L'église Saint Vasst de Bailleul et son clocher caractéristique

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : Place du cardinal Achille Lienart 59270 BAILLEUL


Horaires : Visite libre toute l’année de 9h30 à 16h30 en automne et hiver, et de 8h30 à 18h30 le printemps et l’été. Fermé les jours de carnaval.
Possibilité de visite guidée sur demande.

Derrière l’église se situe un petit jardin au sein duquel sont plantés quelques blancs qui figurent les célébrités de la ville. Entre autre, Marguerite Yourcenar et Benoit de Puydt.

banc Marguerite Yourcenar derrière l'église de Bailleul
la jardin à l'arrière de l'église Saint Vaast de Bailleul

Le monument aux morts

Situé à une centaine de mètres de l’église Saint Vaast, le monument aux morts de Bailleul a cela d’original qu’il figure des pans de murs en ruines, symbolisant le socle du beffroi et ce qui restait de l’église Saint-Vaast après la destruction de 1918. Il se situe sur l’ancien site de l’église Saint-Amand, détruite elle-aussi durant ce même conflit.

Arrière du monument aux morts de Bailleul
Une partie des noms inscrits sur le monuments aux morts de Bailleul

Juste à côté du monument aux morts, vous pouvez admirer la très jolie école dentellière, construite en 1925.

Le blason de l’association “Retour au foyer” qui a permis de relancer l’enseignement de la dentelle à Bailleul
Briques jaunes, pignons à gradins, petites fenêtres, fers d’ancrage… typiquement flamand !

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 4 rue du Collège 59270 BAILLEUL
Horaires : Visite libre toute l’année.

Le Conservatoire botanique national de Bailleul

Vous n’y connaissez rien aux plantes ? Moi non plus. Mais grâce au conservatoire botanique de Bailleul, j’ai pu découvrir que l’ail peut être décoratif, que des chenilles tombent en grappes des arbres, que des plantes poussent même sur les pierres et que des fleurs pourtant magnifiques sont en voie de disparition.

champ de bleuets et de coquelicots au conservatoire botanique national de Bailleul

« Reconnu par la communauté scientifique comme par les pouvoirs publics, le Conservatoire botanique de Bailleul est l’un des 11 Conservatoires botaniques nationaux de France. Son champ d’investigation couvre les Hauts-de-France et l’ancienne Haute-Normandie. Il a pour mission de connaître, préserver et faire connaître les espèces végétales et leurs associations dans les milieux naturels. »

Abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles publiés sur le site.

Adresse e-mail non valide
Avec moi, pas de spam. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
ail décoratif au Conservatoire botanique national de Bailleul

Un bel endroit, paisible, instructif, charmant, où les guides vous expliquent tout sur les fleurs, les arbres et les aromatiques dans le jardin des plantes sauvages. On peut également visiter un jardin des plantes médicinales, explications à l’appui.

Coquelicot au Conservatoire botanique national de Bailleul

« Le « Jardin des plantes sauvages » est un jardin conservatoire à ciel ouvert d’un hectare. 1 000 espèces végétales y sont regroupées en 64 parcelles thématiques. Tout est fait pour allier connaissance et flânerie. Chaque espèce est étiquetée et divers panneaux et cubes rotatifs sont disposés de-ci de-là pour informer le visiteur.
Le Jardin des plantes médicinales, d’organisation plus géométrique, regroupe 500 espèces d’origine européenne. Les plantes sont réparties selon leur milieu de vie. »

Visite guidée au Conservatoire botanique national de Bailleul
panneau explicatif au Conservatoire botanique national de Bailleul

Le grand public peut visiter ces deux jardins de plusieurs manières :
– Les visites libres (avec un plan)
– Les visites semi-guidées, avec une trame de jeu (plusieurs jeux d’enquête selon le niveau de connaissance du visiteur)
– Les visites guidées par un éducateur-nature du CBNBL, pour lesquelles les thématiques peuvent être adaptées selon les souhaits des visiteurs

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : Hameau de Haendries 59270 BAILLEUL

Horaires : les visites libres du jardin pédagogique des plantes sauvages et du jardin des plantes médicinales sont possibles toute l’année du lundi au vendredi (8h30-12h et 13h30-18h, 17h le vendredi) et le week-end sur réservation.

Tarifs : 4,50 € par personne et par jardin (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés d’un adulte). Forfait de 6,50 € pour la visite des 2 jardins pédagogiques.

Contact : 03 28 49 93 07 et infos@cbnbl.org
Site internet : www.cbnbl.org

Le cimetière de Bailleul

Outre d’élégants monuments funéraires ou des chapelles anciennes, vous y trouverez les tombeaux de célébrités locales, tels les Cleenewerck de Crayencour (la famille de Marguerite Yourcenar), celles du peintre Pharaon de Winter ou encore Natalis Dumez, ancien maire de Bailleul, résistant, et co-fondateur du quotidien “La Voix du Nord”.

le cimetière de Bailleul
une tombe ancienne au cimetière de Bailleul
tombe ancienne et recouverte de lierre déseché au cimetière de Bailleul

Après avoir croisé une ancienne stèle grise entièrement en langue flamande, vous tomberez peut-être sur la sépulture d’Albert Leuwers, un artiste qui a été enterré avec ses deux chats, Bib et Bijou.

sépulture d'Albert Lewers et Elie Lewers à Bailleul

Le cimetière de Bailleul abrite également un grand cimetière du Commonwealth et un petit cimetière militaire français. Dans le « Bailleul Communal Cemetery And Extension » se dresse 5014 tombes de soldats britanniques, canadiens, australiens, néo-zélandais, sud-africains et indiens. Nombre de pierres tombales sont collées les unes aux autres, indiquant que les soldats ont été enterrés dans des fosses communes, tant les combats furent meurtriers.

Bailleul Communal Cemetery And Extension
Coquelicots plantés au Bailleul Communal Cemetery And Extension

Le nombre élevé de tombes s’explique par le fait que Bailleul était un centre hospitalier britannique, ainsi qu’un poste de dégagement des blessés et morts canadiens et le premier poste de secours australiens. De plus, la ville fut sévèrement bombardée en juillet 1917.
L’extension du cimetière fut utilisée jusqu’en avril 1918, puis à nouveau après l’Armistice, lorsque des dépouilles furent rapatriées des champs de bataille voisins : le cimetière allemand de Pont-de-Nieppe et le cimetière chinois de Reninghelst.

quatre soldats de nationalité différentes au cimetière militaire de Bailleul
Un Néo-zélandais, un Irlandais, un Français et un Australien
soldats birmans et népalais au Bailleul Communal Cemetery And Extension
Un membre de la police militaire birmane et un soldat gurkha (Népalais)
soldats pakistanais et indien au cimetière militaire de Bailleul
Un clairon pakistanais Pachtoune et un soldat du génie indien du Penjab

On peut également y trouver une rangée de 30 tombes de travailleurs chinois du « Labor Corps » ainsi que 154 tombes de soldats allemands des deux guerres.

ouvriers chinois au Bailleul Communal Cemetery And Extension

Les croix françaises, quant à elles, sont alignées autour d’une haie qui entourent un petit monument dressé par l’association du Souvenir Français. Devant le drapeau tricolore sont plantées des tombes de civils et de militaires décédés durant les deux conflits mondiaux.

carré militaire et civil français au cimetière de Bailleul
des civils décédés en 1916 et 1940 au cimetière de Bailleul
Deux victimes civiles, l’une décédée en novembre 1916, l’autre en mai 1940.

« Le Cœur de Flandre a été le théâtre de terribles opérations durant la première guerre mondiale. De nombreux villages ont été détruits et ils ont dû se relever de leurs cendres. La reconstruction a souvent été réussie, comme à Bailleul, qui fait par ailleurs partie du réseau « Chemins de Mémoire » du Nord – Pas-de-Calais et dont le circuit « Bailleul, modèle d’une reconstruction flamande » est à votre disposition dans les Bureaux d’Information Touristique. »

tombe ancienne au cimetière de Bailleul

L’association “Kerkhof, mémoire de pierre” à Bailleul a pour but de préserver et de valoriser le patrimoine architectural et l’histoire de ce cimetière auprès des  visiteurs. Elle propose :
l’historique et un plan du cimetière
un circuit à la découverte des tombes des témoins de la guerre 14-18

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 1 à 5, rue Bellekindt.
Horaires : Tous les jours de 9h à 19h.
Contact : 03 28 500 600 (mairie)
Site internet : http://kerk-hof.overblog.com

Le musée Benoit de Puydt

Benoit de Puydt était un greffier passionné d’art qui, au 19ᵉ siècle, rassembla une vaste collection d’art flamand, hollandais, français et asiatique : peintures, sculptures, céramiques, dentelles, arts graphiques et mobiliers.
C’est un musée de petite taille, mais qui présente une passionnante compilation d’œuvres hétéroclites et élégantes.

Le musée Benoit de Puyd de Bailleul
musée Benoit du Puydt de Bailleul
La première salle et ses oeuvres très variées
statue au musée Benoit du Puydt de Bailleul
Détail des gravures sur l’ivoire d’un meuble
portrait de Benoit du Puydt dans son musée de Bailleul
Portrait de Benoit du Puydt

Totalement détruit durant la Guerre 1914-1918, le musée a perdu nombre de ses peintures qui sont aujourd’hui contées sur des panneaux aux dimensions d’origine, avec, pour chacun, leur description précise telle qu’elle avait été notée lors de l’inventaire d’avant-guerre.

tableaux au musée Benoit du Puydt de Bailleul
céramiques et assiettes au musée Benoit du Puydt de Bailleul
reproduction d'un intérieur flamand au musée Benoit du Puydt de Bailleul
Intérieur Flamand du 19ème siècle
statue du 19ème siècle au musée Benoit du Puydt de Bailleul
Statue en plomb du 19ème siècle
vase chinois au musée Benoit du Puydt de Bailleul
Vase chinois

Le musée Benoit du Puydt présente plusieurs tableaux d’artistes nés ou ayant vécu à Bailleul, et notamment du plus célèbre, Pharaon de Winter.

“Le jeu de dames” d’Henri Deturck
Pharaon de Winter musée Benoit du Puydt de Bailleul
Autoportrait de Pharaon de Winter
tableau de Pharaon deWinter au musée Benoit du Puydt de Bailleul
Pharaon de Winter a souvent peint des sujets religieux

Certains tableaux représentent les moines de l’Abbaye du Mont des Cats (située à quelques kilomètres de Bailleul).

moines du Mont des Cats, tableau au musée Benoit du Puydt de Bailleul
arrière du musée Benoit de Puyd à Bailleul
L’arrière du musée

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 24, rue du Musée De Puydt


Tarifs : Gratuit.


Horaires : Ouvert tous les jours de 14h à 17h30, sauf le mardi.
Fermetures : les 4 jours du Carnaval, le 1er mai, le 8 mai, le 14 juillet, le 1er novembre, du 24 décembre au 1er janvier. 


Contact : 03 28 49 12 70 et musee@ville-bailleul.fr

Une balade dans la ville

Pour y voir la Médiathèque municipale Danièle et François Mitterrand, l’école des filles, les nombreuses maisons typiquement flamandes ou l’établissement public de santé mentale des Flandres (EPSM), implanté à Bailleul depuis le 19ᵉ siècle. La rue du musée (aux numéros 3, 30 et 36) et la rue du collège (aux numéros 2 et 4).
Bailleul est une belle ville !

façades de maison à Bailleul
La médiathèque de Bailleul

Le top 5 à ne pas manquer

  1. Le beffroi et l’hôtel de ville de Bailleul
  2. Le musée Benoit de Puydt
  3. Le conservatoire botanique national
  4. L’église Saint Vaast
  5. Une balade dans la ville

Puisque vous êtes dans le coin :
– Nieppe et ses églises
Le sentier des Jacinthes à Saint-Jans-Cappel
– Le village patrimoine de Godewaersvelde
Le village patrimoine de Merris
Le village patrimoine de Boeschèpe
Steenwerck et son musée de la vie rurale


J’espère que cet article vous aura donné des idées sur les choses à faire, quoi voir et quoi visiter à Bailleul pour une journée ou un week-end.

Si cet article vous a plu, gardez ou partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.