Week-ends

Un week-end à Lens, à la fois riche et généreux

Visiter Lens ? Mais… qu’est-ce qu’il peut bien y avoir là-bas à part un stade de foot et des terrils ? Des trésors ! Le passé minier, oui, et fièrement, joyeusement, naturellement. Mais aussi des bijoux art déco, le tourisme de mémoire (guerre 14-18), l’un des plus beaux musée de France, des panoramas à couper le souffle… Et le foot, oui, évidement 😉

Inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le bassin minier s’étend sur 120 kilomètres, de l’Artois à la frontière belge. Oubliez les clichés du “pays noir”, les corons et la poussière de charbon, car le bassin est aussi riche que diversifié : superbes musées, villes à l’architecture Art Déco, sites miniers monumentaux, terrils “naturalisés” en lieu de promenade ou parcs naturels, et territoire de mémoire de la guerre 14-18.
Lens étant situé en plein centre du bassin minier, les activités ne vont pas manquer !

L’Office du Tourisme de Lens – Liévin vous propose d’ailleurs 3 visites passionnantes de 45 mn pour découvrir les essentiels de la Mine, de l’Art déco et de la Grande Guerre. Je vous le recommande chaudement, elles sont passionnantes et on ne voit pas le temps passer.

Le passé (et le présent) minier

Lens a été une ville minière durant 150 ans, de 1852 à 1986, jusqu’à la fermeture des 8 carreaux de fosse présents sur la commune. Mais l’exploitation du charbon ne se limitait pas à la construction de puits de mines et d’industrie : la Compagnie des Mines de Lens exploitait son propre réseau ferré, a érigé des cités minières avec chacune son église, son école, son dispensaire, et de superbes “Grands bureaux” où l’on gérait l’exploitation du charbon.
Dans les années 1980, Lens était, il faut bien l’admettre, une ville triste et désolée. Mais la municipalité a rapidement prévu sa reconversion économique et sa modernisation.
Et depuis les années 2000, la ville s’est métamorphosée ! Laissez de côté les images de corons et de grisaille, le passé minier de Lens s’est transformé en hôtel, en musée, en parc naturel et en université.

La visite “Racontez-moi la mine”

Vous découvrirez le quartier “Saint Théodore”, situé en face du musée du Louvre-Lens, qui a été construit sur l’ancienne fosse n°9. Pour plus de facilité, tout un quartier avait été créé à la fin du 19ᵉ siècle : habitations, écoles, dispensaire, villas des ingénieurs, église…

On découvre que la Société des mines de Lens pensait à tout, bâtissait tout, dirigeait tout et décidait de tout. Pour vous donner une idée, le “Saint Théodore” en question n’est pas l’ancien soldat romain décapité en 304, mais le directeur adjoint de la Société des Mines de Lens, Théodore Barrois !

La visite est passionnante car, finalement, on connaît plutôt mal les conditions de vie des mineurs (oubliez les clichés misérabilistes), l’histoire (mouvementée) de la société des mines de Lens ou la mentalité particulière de l’époque.

Vous pouvez faire la visite seul(e) si le cœur vous en dit, grâce à des panneaux d’interprétation dispersés dans le quartier, mais vous n’aurez pas, alors, les informations pittoresques et les anecdotes de la visite guidée.

panneaux d'interprétation de la cité 9 de Lens
Maison double de la cité 9 de Lens

L’église Saint Théodore se dresse fièrement au milieu de la cité.

Vue sur les terrils jumeaux du 11/19 (voir plus bas).

Vue sur les terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle
Maisons de la cité 9 de Lens

En plus de l’église et du dispensaire, la cité avait sa propre école (l’école Marie Curie, clin d’œil aux nombreux mineurs polonais).

l'école Marie Curie de Lens

INFORMATIONS PRATIQUES

Horaires : Du mercredi au dimanche de 14h à 14h45. Rendez-vous au point info de l’office de tourisme du Louvre-Lens.

Tarif : 4€, tarif réduit 3€, gratuit pour les moins de 6 ans

Avant ou après cette visite, faites un tour à l’hôtel du Louvre Lens, pour admirer le travail des architectes, et ne ratez surtout pas le superbe musée du Louvre Lens, juste en face.

Le musée du Louvre Lens

Gros coup de cœur ! Si vous êtes passionné(e) d’art, d’archéologie, d’histoire ou que vous aimez tout simplement les belles choses ou les expositions originales, vous pouvez passer une journée entière au musée du Louvre Lens. On ne voit pas le temps passer entre la sublime Galerie du temps, la visite des réserves, les rencontres, les visites guidées pour tous les publics…

Galerie du temps du Louvre Lens
Sculptures antiques au Louvre Lens

Construit sur le site de l’ancienne fosse n°9 des mines de Lens, le musée du Louvre-Lens est une œuvre d’art à lui seul tant il se fond parfaitement dans le paysage.
Depuis son inauguration en décembre 2012, il a accueilli plusieurs centaines d’œuvres du Louvre et, tous les cinq ans, le parcours est entièrement renouvelé.

tableaux au Louvre Lens
Sculptures au musée du Louvre Lens

Le musée a été imaginé dès le départ avec le parc paysagé qui l’entoure. Ce dernier rappelle le passé minier de la fosse n°9 : les grands axes suivent le tracé des anciens cavaliers, les ronds herbeux évoquent les terrils, et les plantes rares qui avaient colonisé le site depuis l’arrêt de son exploitation ont été conservées.

En savoir plus sur le musée du Louvre Lens

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse :
99 rue Paul Bert 62300 Lens
Le musée est desservi par des navettes TADAO qui le relient à la gare toutes les 30 minutes.

Horaires :
Le musée est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h (Dernier accès à 17h15).

Tarif :
l’accès à la Galerie du temps et au Pavillon de verre est gratuite. Expositions temporaires : 10€  /  18 – 25 ans : 5€.

Renseignements :
www.louvrelens.fr

L’hôtel Louvre Lens

En face du musée, un hôtel 4 étoiles s’est installé dans un ancien coron de la Cité 9. Cet ensemble de maison a été métamorphosé, tout en préservant l’authenticité des lieux. L’hôtel abrite à présent un grand jardin, 52 chambres, un espace fitness et bien-être, des salles de séminaires, une brasserie (Le Galibot, qui travaille uniquement des produits frais et locaux) et un bar.
La chambre double est à partir de 115 euros la nuit, de quoi ce faire plaisir quand on reste sur Lens un week-end 😉

L'hôtel Louvre Lens

La maison syndicale des mineurs de Lens

Si le syndicalisme dans les mines du Pas-de-Calais datait de 1884, c’est surtout entre les deux guerres que les syndicats ont pris leur essor à Lens. “L’administration centrale du Syndicat des Mineurs du Pas-de-Calais” se trouvait à Lens, à la Maison Syndicale des Mineurs (inaugurée en 1911, détruite durant la Grande Guerre et reconstruite quasi à l’identique entre 1922 et 1926).
L’édifice est du plus pur style néo-classique.

la maison syndicale des mineurs de Lens

Pour vous dire l’importance de ce syndicat, le mineur Emile Basly, nommé président du Syndicat des Mineurs du Pas-de-Calais en 1891, fut élu et réélu maire de Lens de 1900 à 1928.

Emile Basly devant la Maison syndicale des Mineurs

La Maison Syndicale abrite aujourd’hui des archives, ainsi que le siège du Pays d’art et d’histoire, l’association Euralens et le Pôle Métropolitain de l’Artois. Devenu un lieu de mémoire des luttes ouvrières des mineurs du Pas-de-Calais, ce joli bâtiment accueille chaque année des expositions, notamment durant les fêtes de la Sainte Barbe.

Une statue de Casimir Beugnet trône fièrement au milieu de la cour de la maison, en hommage à cet homme qui consacra sa vie à l’amélioration des conditions de vie des mineurs. 

intérieur de la maison syndicale des mineurs
Photo issue du site vpah-hauts-de-france.fr – Euralens / J.M. André

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 32 rue Casimir-Beugnet 62300 Lens


L’Office du Tourisme organise des visites guidées pour découvrir l’histoire de la maison syndicale.

La maison est également ouverte durant les Journées Européennes du Patrimoine.

Les “cités minières”

Il existe autant de “cités minières” que de quartiers. Au début de l’exploitation des houillères et jusqu’au début du 20e siècle, on a construit énormément de barres de “corons”, mais à Lens, on trouve surtout des “cités jardins” et des “cités pavillonnaires” construites après les ravages de la Première Guerre Mondiale. Chaque cité avait son église, son école, son dispensaire et vivait pratiquement en autarcie vis-à-vis du centre-ville.

Voici par exemple les habitations de la “Cité des Provinces”, où les rues portent les noms des régions de France. En construisant de jolies maisons et de grandes écoles, la Société des Mines de Lens voulait attirer les meilleurs ouvriers… et montrer sa richesse.

Maisons de la cité des Provinces à Lens
cité des provinces

Construite à partir de 1894, la cité des Provinces fut détruite lors de la Première Guerre mondiale puis reconstruite et agrandie au début des années 1920. C’est une cité pavillonnaire dont les maisons sont toutes entourées de vastes parcelles.

école Louis Pasteur à la cité des Provinces
L’école primaire de la cité, l’école Louis Pasteur

Généralement groupées par deux ou trois, les habitations offrent des modèles variés.

La cité a été construite au pied de la fosse 11/19. Les habitants avaient, et ont toujours, vue sur les deux terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle (voir plus bas), le chevalement et la tour d’extraction.

Vue sur la base 11/19 depuis la cité des Provinces

Avec le classement du bassin minier à l’Unesco, les différents territoires ont lancé de grandes campagnes de réhabilitation de l’habitat minier.
En plein centre de Lens, vous pouvez ainsi voir la cité 12, l’église néo-romane Saint Edouard (Édouard Bollaert, directeur de la compagnie des mines de Lens pendant 42 ans) et les grands bâtiments scolaires construits tout autour.

église Saint Edouard de Lens

Les longues rangées de corons, image plus “classique” de l’habitat minier.

Corons de la cité 12 de Lens

Et la cité pavillonnaire entourée de jardins, juste derrière l’église (… et la baraque à frites ;-))

INFORMATIONS PRATIQUES

Cité 12 et cité Saint Théodore : autour de l’église Saint Théodore, parvis de l’Eglise Saint-Edouard 62300 Lens
Cité des Provinces : autour du square Henri Noguères et de la rue d’Artois 62300 Lens

Le terril de la fosse 11/19, à Loos-en-Gohelle

Commune voisine de Lens, Loos-en-Gohelle possède les deux plus hauts terrils d’Europe, qui mesurent respectivement 182 et 186 mètres. On les voit de loin, dans toute la région !
Les terrils de l’ancienne fosse 11/19 font partie des 5 grands sites miniers inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Mais pourquoi 11 et 19 ? Les chiffres font référence aux numéros des anciens puits de mine : 11 pour le chevalement métallique des années 1920 et 19 pour la tour de concentration en béton de 1960. 
On peut se promener sur la base du 11/19, mais les bâtiments sont fermés au public. L’ancienne “salle des pendus” abrite la scène nationale Culture Commune et le site accueille différentes entreprises spécialisées dans l’écoconstruction.

Les terrils de la fosse 11/19
Terril 74 de Loos-en-Gohelle

160 espèces animales (oiseaux, batraciens, reptiles, mammifères, libellules et papillons de jour, coccinelles, sauterelles, grillons…) et 190 espèces végétales se sont installées sur les deux terrils et font désormais la richesse naturelle de ce lieu.

Un chemin d’accès goudronné vous permet de parvenir sans trop de difficultés jusqu’au plateau intermédiaire où la vue est déjà impressionnante. Ce terril plat, situé entre ses deux ainés, est apparu en 1970 lorsque l’on s’est rendu compte qu’il fallait cesser “d’alimenter” les terrils jumeaux, sous peine qu’ils s’affaissent sous leur propre poids…

Vue sur les terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle

Si vous avez du courage (et de bonnes jambes), vous pouvez monter jusqu’au sommet du terril 7a, où vous profiterez d’une vue panoramique sur la ville de Lens et tout le bassin minier.

Vue sur Lens depuis le terril 74a

Depuis le sommet, on peut ainsi voir (selon la météo), le stade Bollaert-Delelis, le Louvre-Lens, d’autres terrils et le Mémorial Canadien de Vimy.

L’ascension est possible toute l’année et, selon que vous vous y rendiez au printemps ou l’hiver, offre des paysages très différents. Mes photos ont été prises en décembre 😉

Durant l’été, l’office du Tourisme de Lens-Liévin propose des “randos bière fromage” sur les terrils. Vous découvrez un site naturel et terminez la visite par une dégustation de bière et de fromages locaux en admirant le coucher du soleil.

Toute l’année, la mission CPIE Chaîne des Terrils organise des visites guidées pour expliquer comment la faune et la flore particulières se développent sur les terrils jumeaux. 

INFORMATION PRATIQUE

Adresse : Parking Rue Léon Blum à Loos-en-Gohelle ou accès par la base du 11/19 (rue Léon Blum ou rue de Bourgogne).
Horaires / Tarif : l’accès est libre et gratuit toute l’année.

L’architecture Art Déco

Né dans les années 1910, l’Art Déco s’est surtout diffusé après la Grande Guerre. Ce style rejetait les goûts artistiques d’avant-guerre (notamment les arabesques de l’Art Nouveau) en choisissant des lignes simples, des formes géométriques et des motifs floraux stylisés. Dans les Hauts-de-France, marqués par les destructions de 1914-1918 et la Reconstruction, on le trouve partout : dans les maisons, les écoles, les usines, les gares… et Lens n’échappe pas à la règle.

La visite “Art Déco”

Lorsque la Grande Guerre se termina en novembre 1918, la ville de Lens avait été complètement détruite. Rasée. Anéantie.
Il fallut donc reconstruire la ville dans sa totalité et, comme nous l’a dit la guide “Je ne peux vous présenter à Lens aucun bâtiment qui ait plus de 90 ans”…

Le style en vogue entre 1920 et 1940 était l’Art Déco, mais beaucoup de Lensois étaient réfractaires ou frileux et préféraient le style “classique” qu’ils avaient connus avant la guerre.

Maisons Art Déco à Lens
habitation de style art déoc à Lens

Les différents édifices de Lens ont donc été construits dans un style particulier à la ville. Les maisons présentent souvent un mélange néo-flamand et Art Déco, voire “hispano-flamand”, ou Art Nouveau et Art Déco, ou classique avec quelques rares touches Art Déco. C’est un mélange à la fois éclectique et harmonieux, souligné par LE bâtiment entièrement Art Déco de la ville, la très belle gare.

La gare Art Déco de Lens

Le mélange est plus visible autour de place Jean Jaurès, où les immeubles adoptent des styles architecturaux variés. Des façades régionalistes, des façades classiques ornées de guirlandes sculptées de fleurs et de fruits, des façades typiquement Art déco…

Maisons Art Déco à Lens
Maison néo flamande à Lens
Place Jean-Jaurès n°14, exemple de façade régionaliste avec pignon dit à «redents» ou à «pas-de-moineau»
Maison néo flamande et Art Déco à Lens

Certains commerçants on fait de leur façade une véritable “vitrine” comme « À la ville de Limoges » où les murs sont habillés de carreaux de céramique représentant les objets disponibles à la vente. Cet édifice abrite aujourd’hui l’Office de Tourisme de Lens-Liévin.

Office du Tourisme de Lens
La chocolaterie – pâtisserie Jeanson et son salon de thé
Rue du Havre, villa urbaine.
3 maisons Art Déco collées les unes aux autres à Lens

Vous pouvez aussi télécharger le guide de VPAH “Laissez-vous conter Lens, Architecture du centre-ville” qui vous propose un circuit pédestre le nez en l’air…

INFORMATIONS PRATIQUES

Horaires de la visite : Du mercredi au dimanche de 15h30 à 16h15.
Rendez-vous à l’office de tourisme, 16 place Jean Jaurès à Lens.
Tarif : 4€.

La gare de Lens

Inauguré en 1927, la gare de Lens, dont la forme évoque une locomotive à vapeur, est emblématique de l’Art déco. Elle est toute en longueur plutôt qu’en hauteur car l’architecte Urbain Cassan a dû tenir compte du risque important d’affaissements de terrain liés à l’extraction minière. La gare a été construite à l’aide du béton armé, nouveau matériau à l’époque, léger et facile à mettre en œuvre.

La gare de Lens

L’horloge à cadran qui fait songer à la cheminée de la locomotive, et les arrondis des arcades des entrées aux roues de la fameuse loco.

les frises en mosaïques de la gare de Lens

À l’intérieur, les dessins des mosaïques, d’inspiration cubiste, représentent des scènes de la mine. Le mosaïste Auguste Labouret, né à Laon, a aussi œuvré pour le paquebot Normandie, les Galeries Lafayette Haussmann, le Bon Marché, l’hôtel de ville de Béthune, la gare Saint-Lazare et la gare de Saint-Quentin !

Gare de Lens, les mosaïques

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : place du Général de Gaulle 62300 Lens
Horaires : du lundi au vendredi de 4h30 à 22h30, le samedi de 6h05 à 21h35, le dimanche de 7h30 à 21h35.

Les grands bureaux de la société des mines de Lens

Représentatif du passé minier de la région, les superbes “grands bureaux de la société des mines de Lens” ont été construits dans un style inspiré de la renaissance flamande, avec un décor intérieur Art Déco.

les grands bureaux de la société des mines de Lens

Au rez-de-chaussée, un grand hall ouvre sur l’escalier d’honneur qui permet de rejoindre les étages. Il est éclairé par un immense vitrail Art déco réalisé par le maître-verrier lillois Pierre Turpin.

Vitrail des grands bureaux de la société des mines de Lens

Le second étage était appelé “étage noble” ou “de prestige” : il accueillait les bureaux de la direction et leur secrétariat, une bibliothèque, ainsi que les espaces de réunion et de réception.

Cheminée des grands bureaux de la société des mines de Lens

En savoir plus sur les grands bureaux de la société des mines de Lens.

INFORMATION PRATIQUE

Adresse : 2 route de La Bassée 62300 LENS

Des visites guidées sont organisées par l’Office du Tourisme de Lens-Liévin.

Les jardins des Grands Bureaux sont ouverts en accès libre de 9h à 18h l’été, de 10h à 17h l’hiver.

Chaque année, le Printemps de l’Art déco met en lumière ce patrimoine pendant 2 mois, en avril et en mai : 10 villes des Hauts-de-France, dont Lens, s’associent pour donner à voir leurs joyaux Art Déco et pour proposer une programmation dense de visites, ateliers, animations, bals…

Le tourisme de mémoire

Non loin de Lens, à Notre Dame de Lorette, trois sites uniques permettent de comprendre ce que fut la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais : la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, l’Anneau de la mémoire et le Centre d’Histoire 14-18.

La visite “Anneau de mémoire, Notre Dame de Lorette et Musée 14-18”

L’Office du Tourisme de Lens-Liévin organise des visites guidées tous les dimanches après-midi pour rendre hommage à tous ceux qui sont tombés, pour mieux comprendre leur histoire… et notre présent.

La basilique et la tour lanterne de la plus grande nécropole militaire française veillent sur plus de 42 000 soldats français morts durant la Première Guerre Mondiale sur le front de l’Artois, mais aussi des Flandres françaises et belges.

Moins de la moitié a été identifiée. Le site (cimetière, ossuaires, basilique et tour-lanterne) a une superficie de plus de 25 hectares.

la chapelle de Notre Dame de Lorette

De style “romano-byzantin”, la basilique est décorée, à l’intérieur, de somptueuses fresques et mosaïques, et de vitraux représentant des événements de la Grande Guerre et des figures religieuses françaises telles que Jeanne d’Arc ou Saint Louis.

L’Anneau de la Mémoire a été inauguré le 11 novembre 2014 à l’occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale.
Situé sur le haut de la colline de Notre Dame de Lorette, il mesure 345m de diamètre.

L'anneau de la mémoire

À l’intérieur de l’anneau, 500 plaques d’acier égrènent les 580 000 noms de soldats tombés sur le sol du Nord-Pas-de-Calais entre 1914 et 1918, classés par ordre alphabétique, sans distinction de grade ni de nationalité.

Enfin, le centre d’Histoire 14-18 retrace de manière chronologique et thématique les événements de la Grande Guerre dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, en soulignant les batailles dans les Flandres françaises et l’Artois.

le centre d'histoire 14-18 de Souchez, près de Lens

Il présente une très belle collection de documents variés : cartes animées en vidéo, photographies d’archives, films d’époque et objets emblématiques en provenance du monde entier.

Les bornes Timescope, situées au musée du Louvre-Lens, au Mémorial 14-18 de Souchez, sur la base du 11/19 à Loos-en-Gohelle, et au Stade Bollaert, permettent de voyager dans le temps à l’aide de vidéos immersives. Elles retracent l’histoire de chacun de ces sites “comme si vous y étiez”, en réalité virtuelle.

En savoir plus sur la visite “Anneau de mémoire, Notre Dame de Lorette et Musée 14-18”

INFORMATIONS PRATIQUES

Nécropole nationale / Anneau de la mémoire
Adresse : D58E3 Chemin du Mont de Lorette 62153 ABLAIN-SAINT-NAZAIRE
Horaires de la nécropole : tous les jours, de 9h à 16h30 (18h30 en juillet – août).
Horaires de l’Anneau : Mise en lumière jusqu’à 23h.

Centre d’Histoire
Adresse : 102 rue Pasteur 62153 SOUCHEZ
Horaires : du mardi au dimanche 10h-13h et 14h-17h (18h du 1er avril au 31 octobre). Fermeture en janvier.
Tarif : Gratuit. Audioguide à 3€.
Renseignements : memorial1418.com

Se promener autour de Lens

Peut-être avez-vous envie de visiter tous ces sites en une seule fois, à vélo ?

Il existe une boucle de 10km autour du Louvre-Lens qui vous permet de découvrir les sites emblématiques de Lens : départ de la gare de Lens, ancienne voie ferrée, musée du Louvre Lens, cité 9 Saint Théodore, cité des Provinces, base 11/19 à Loos-en-Gohelle, terrils de Loos-en-Gohelle, cité 12, stade Bollaert, église moderne du Millénium, Grands bureaux de la Société des mines de Lens, boulevard Basly et place Jean Jaurès.
Une carte est disponible à l’Office du Tourisme (qui loue des vélos électriques et des trottinettes) ou en cliquant ici.

A 10mn à pied du stade Bollaert et du Louvre-Lens, vous pouvez également vous balader le long du Parc des berges de la Souchez, de Loison-sous-Lens à Courrières, et profiter de très jolis points de vue aménagés sur le parcours, en vous asseyant sur un banc ou dans un filet au-dessus de l’eau (dans les marais de la Galance). Le sentier, aménagé depuis peu, vous offre une promenade bucolique entre marais, lagunage et ascension de terrils.
Vous pouvez télécharger ici un .pdf qui présente le parc des berges de la Souchez.

le lagunage de Harnes

Les événements sur Lens

La route du Louvre : ouvert à tous, cet ensemble de courses (marathon, 20km, 10km) et de randonnées autour du Louvre Lens rassemblent des milliers de personnes chaque année dans une ambiance de fête, un dimanche d’avril/mai.

Polar Lens : Lens met la littérature policière à l’honneur le 3e week-end de mars, avec des invités prestigieux.

Le Printemps de l’Art Déco : des visites guidées, des conférences, des expositions et des ateliers pour découvrir le riche patrimoine de Lens (et d’autres villes des Hauts-de-France) en avril et en mai.

Le Trail des Pyramides noires : le dernier samedi de mai, des parcours plus ou moins longs (de 22 à 110 km) traversent le bassin minier Unesco pour vous faire découvrir son patrimoine culturel, paysager et naturel unique.

Le salon international des Métiers d’Art : le 2e week-end de novembre, de nombreux artisan d’art (ameublement, cuir, bijouterie, chocolaterie, céramique, jouet, verre, métal, mode…) s’installent au Stade Bollaert-Delelis.


Le Top 5 à ne pas manquer

  1. Le musée du Louvre Lens, réellement incontournable
  2. Les terrils de Loos-en-Gohelle et la base du 11/19
  3. La balade Art Déco, riche et variée
  4. Le Centre d’histoire 14-18
  5. Les Grands Bureaux des Mines

Puisque vous êtes à Lens, pourquoi ne pas visiter aussi :
– le Centre historique minier de Lewarde
– le parc des îles à Hénin-Carvin

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.